Voeux du Pôle territorial cœur Entre-deux-Mers

Voeux du Pôle territorial cœur Entre-deux-Mers

 

A l’invitation du Président Leveau, j’ai assisté au voeux du PETR. Voici mon discours :

 

Monsieur le Président Leveau,

Mesdames et Messieurs les élus,

Madame la Directrice Hélène Bancelin,

Mesdames et messieurs les agents du Pôle,

Mesdames et messieurs,

 

Il ne vous pas échappé que nous sommes le 1er février 2018. Je reconnais là, l’habilité de monsieur le président du PETR à donner une SINGULARITÉ à une cérémonie qui, quoique conviviale et nécessaire, a la fâcheuse habitude de se concentrer sur le même mois et parfois, le même jour…

Lorsque vous avez m’avais invitée le 30 novembre dernier aux 6e assises communales de l’entre-deux mers, j’avais déjà eu l’occasion de remarquer cette SINGULARITÉ.

En 2011, un projet de territoire,

En 2015, l’espace du droit des sols qui couvre 21 communes,

En 2016, un contrat de ruralité rassemblant 6 intercommunalités,

Au 1er janvier 2018, vous perdez, certes 1 communauté de communes, mais vous dépassez les 100.000 habitants !

Vous le savez : les mutations profondes que nous affrontons nécessitent une APPROCHE COLLECTIVE à l’échelle d’un TERRITOIRE COHÉRENT.

Comme l’a déclaré le Président de la République « Vous savez mieux que l’État, lui-même où sont les bons regroupements »

Permettez-moi de renouveler, ici, Mesdames et Messieurs les élus, ma sincère admiration.

 

À l’occasion de mes vœux à l’Aérocampus de Latresnes ;   vœux que le journal Sud Ouest a qualifié de « matinaux, mais participatifs »,

nous avons eu, chers élus, des échanges sincères, directs et, je le crois, productifs. C’est tout à fait le sens que je souhaite donner à mon mandat.

 

Vous venez d’annoncer que vous lanciez un PROJET ALIMENTAIRE TERRITORIAL en 2018. 

Comment ne pas vous soutenir et vous encourager ?

Le projet de loi issu des États généraux de l’Alimentation qui a été révélé en Conseil des ministres, hier, intègre ce volet.

L’enjeu est de permettre aux Français l’accès à une alimentation sûre, durable et de qualité. L’objectif, fixé par la loi, est d’inclure d’ici 2022 dans la restauration collective, 50% des produits issus de l’agriculture biologique et des produits fabriqués localement.

Cette loi doit permettre, aussi et surtout, à nos agriculteurs de vivre dignement de leur travail.

C’est nouveau : un contrat entre producteur et distributeur, comprenant le cout de revient et les conditions de variation de ce prix devient obligatoire par la loi.

 

Autre enjeu sur lequel je travaillerai avec vous : la mobilité. Quelle est la mobilité souhaitable, pour les usagers, les finances publiques et la planète ?

Comment cette mobilité peut-elle être plus inclusive et solidaire ?

Comment peut-elle être plus propre, plus connectée et plus efficace ?

Telles sont les questions que l’on peut se poser.

Je rencontre prochainement le Président de métropole, le Président du Département, celui de la Région. Là aussi, il s’agit d’agir sur TERRITOIRE COHÉRENT. Je vous associerais à cette démarche.

 

Autre enjeu sur un autre TERRITOIRE COHÉRENT : la compétence GEMAPI. Nous lançons, Sophie Mette et moi une première consultation sur la mise en œuvre de cette compétence. Très technique, couteuse, cette compétence qui comporte un volet INONDATION, mais aussi ENVIRONNEMENT ne peut se résumer à la rive droite de la Garonne, un bassin versant. Mesdames et Messieurs les Présidents de Communautés de Communes, vous allez recevoir une invitation la semaine prochaine.

 

Vous nous l’avez rappelé, Monsieur le Président, LA compétence première du PETR est l’économie. Vous contribuez, par votre action à favoriser la création et l’implantation des entreprises, et donc à l’emploi. Le Gouvernement lance une vaste réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Le frein majeur au recrutement des entreprises est le manque de main-d’œuvre compétente. Un million de chômeurs peu qualifiés bénéficieront de formations certifiantes d’une durée de 6 à 9 mois, un million de jeunes ni en études, ni en emploi bénéficieront aussi de ces formations.

Permettez-moi de souhaiter que toutes les entreprises qui sont sur notre territoire soient florissantes et connaissent de vrais développements dans leur activité. Je souhaite à tous les dirigeants d’entreprises et à leurs salariés une année 2018 heureuse.

 

Je pense également à tous les agents dont je voudrais saluer le travail et l’implication. Madame la directrice et vous mesdames et messieurs les agents qui répondez chaque jour aux besoins des habitants de ce vaste territoire. Je n’oublie pas, les membres de l’association TEMEISA qui œuvre dans le cadre de l’économie sociale et solidaire. Je vous adresse à tous mes vœux de bonheur pour vous et vos familles.

Et à vous, Monsieur le président, chers amis, pour la dernière fois, mais c’est toujours aussi sincère : je vous souhaite à tous et toutes une bonne année 2018.

 

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *