Lu dans Sud Ouest du 13/06

Lu dans Sud Ouest du 13/06

Pour rattraper En Marche !, les Insoumis devront courir

Source

La candidate du parti présidentiel, Christelle Dubos, compte plus de 20 points d’avance sur l’Insoumis Christophe Miqueu.

GABRIEL BLAISE gironde@sudouest.fr

En récoltant plus d’un tiers des voix (37,44 %, soit 16 426 sur 43 870 votants, avec une participation de 52,63 %), Christelle Dubos, la candidate macroniste a relégué tous ses concurrents à plus de vingt points dans la course à la succession de la socialiste Martine Faure, qui ne se représentait pas.

« Arriver en tête, c’était notre objectif, mais je ne m’attendais pas à une telle avance, confiait-elle au soir de ce premier tour. Ce qui est important à noter, c’est la dynamique, le fait que notre score a encore augmenté depuis la présidentielle, où Emmanuel Macron avait récolté 23 %. Cela démontre que les Français ont une vraie volonté de changement. »

Sur ce secteur où Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen avaient talonné le futur président (François Fillon étant légèrement distancé), le candidat de la France insoumise, Christophe Miqueu se qualifie pour le second tour avec 16,39 % des voix, devançant le filloniste Yves d’Amécourt (LR-UDI, 14,70 %), dont il est l’opposant à Sauveterre-de-Guyenne, et le candidat du Front national, Patrick Duval-Campana (13,38 %).

Selon Christophe Miqueu, l’enjeu est désormais pour lui de « convaincre les électeurs de gauche de se mobiliser contre la politique antisociale et anti-environnementale que nous propose le président Macron et qui va aggraver les conditions de vie de chacun. Pour cela, il faut des députés qui fassent autre chose que se mettre au garde à vous devant notre chef des armées… »

La candidate Europe écologie-Les Verts / PS, Anne-Laure Fabre-Nadler, vice-présidente du Département, lui a apporté son soutien dès dimanche soir, quand la candidate socialiste dissidente (lire aussi en page Gironde), la vice-présidente de Région Catherine Veyssy, attendait « un vote des militants, qui se réuniront très vite » pour en décider.

Yves d’Amécourt appelle pour sa part les électeurs à s’abstenir dimanche prochain.

Plus de 9 000 voix d’avance

Mais avec une avance de plus de 9 000 voix, la candidate La République en marche a déjà calculé que « même si tous les électeurs de gauche reportent leur voix vers Christophe Miqueu, nous aurions toujours plus de trois mille voix d’avance. Même s’il faut rester vigilant, avec une abstention aussi forte. »

Christelle Dubos espère cette semaine « continuer à mobiliser ceux qui nous ont fait confiance, mais aussi ceux qui ne sont pas venus ». Côté résultats de ce premier tour, les écarts entre la gagnante et ses poursuivants sont particulièrement importants – du double au triple – dans la zone périurbaine, comme à Latresne (46,4 %), à Fargues-Saint-Hilaire (46,8 %) ou encore à Pompignac, où elle dépasse les 50 % (contre 12,8 % à Christophe Miqueu, et 10,4 % au FN et à Yves d’Amécourt).

La France Insoumise réalise ses meilleurs scores dans des villes de taille plus modeste, et uniquement en Sud-Gironde, comme Saint-Pierre-d’Aurillac (34,35 %) ou à Loupiac (28,6 %).

Yves d’Amécourt sauve l’honneur en l’emportant dans son fief de Sauveterre-de-Guyenne (41, 1 %, devant Christelle Dubos, 24,2 % et Christophe Miqueu, lui aussi Sauveterrois, 17,2 %), et Catherine Veyssy (La 12e solidaire) à La Réole, où son suppléant, Bruno Marty, est maire.

 Publié le .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *