Inauguration du Salon de la SILVER ECONOMIE en ruralité de La Réole

Inauguration du Salon de la SILVER ECONOMIE en ruralité de La Réole

Inauguration du Salon de la SILVER ECONOMIE en ruralité de La Réole

A l’initiative du Pôle Territorial Sud Gironde, j’étais invitée à la 3ème édition  sur Salon. 

Très bien accueillie par Hervé Gillé, son Président, Philippe Plagnol, Vice-Président à la Santé et Solange Ménival, Déléguée à la Silver Economie, ils m’ont permis de prononcer les mots çi-après. Dans la semaine avait été présenté le plan santé par le Président de la République et Agnés Buzyn.

DISCOURS :

Mesdames et messieurs,

On ne peut que vous féliciter de l’actualité des thèmes que vous avez choisis pour cette édition du Salon de la SILVERECONOMIE.
Je vais donc, si vous le voulez bien, évoquer la télémédecine, l’habitat et je conclurais sur le plan santé.

Comme d’autres l’on dit avant moi, la télémédecine est devenue une réalité concrète depuis le 15/09. Ouverte à toutes les pathologies et à tous les Français, elle doit permettre de libérer du temps médical et éviter des passages aux urgences injustifiés. 

Vous le savez, le souhait du Gouvernement est désormais de raisonner en termes de temps médical disponible des professionnels de santé plutôt qu’en termes d’installation des médecins. J’y reviendrais un peu plus tard.

Bien entendu, la mise en place du haut débit est le corollaire indispensable à la généralisation de la télémédecine.  Permettez-moi, ici, de faire un aparté sur le THD (la fibre optique) dont le Département est en charge du déploiement sur les 6 années à venir. 
Rappelons que l’ordre de priorité dans la desserte en THD des communes est laissé à l’initiative des communautés de communes. Et rappelons que, sur les 92 mds € financés par la sphère publique, l’État financera 54 mds €, soit 59% du projet, l’Europe 7,5mds € et les collectivités, dont fait partie le Département, financeront 30 mds €. Il est bon de rappeler, parfois, le rôle prééminent de l’État et du Gouvernement dans ce projet.

L’accès à la télémédecine sera généralisé, aussi dans les EHPAD afin de limiter les déplacements et d’améliorer la qualité du suivi médical, en particulier dans les zones à faible présence médicale. C’est une des mesures d’urgence pour les EHPAD fléchées par Agnés Buzyn, le 30/05 dernier lors de la présentation de la feuille de route de la dépendance. La dépendance est un des grands chantiers des mois à venir.

Monsieur le sous-Préfet

Madame la Sénatrice

Monsieur le Maire de la Réole

Monsieur le représentant de l’ARS

Monsieur le président de la CDC du Réolais en Sud Gironde

Madame la déléguée à la Silver Economie, Chère Solange

Monsieur le président du pôle territorial en Sud Gironde

Mesdames et Messieurs les Maires

Mesdames et messieurs,

On ne peut que vous féliciter de l’actualité des thèmes que vous avez choisis pour cette édition du Salon de la SILVERECONOMIE.
Je vais donc, si vous le voulez bien, évoquer la télémédecine, l’habitat et je conclurais sur le plan santé.

Comme d’autres l’on dit avant moi, la télémédecine est devenue une réalité concrète depuis le 15/09. Ouverte à toutes les pathologies et à tous les Français, elle doit permettre de libérer du temps médical et éviter des passages aux urgences injustifiés. 

Vous le savez, le souhait du Gouvernement est désormais de raisonner en termes de temps médical disponible des professionnels de santé plutôt qu’en termes d’installation des médecins. J’y reviendrais un peu plus tard.

Bien entendu, la mise en place du haut débit est le corollaire indispensable à la généralisation de la télémédecine.  Permettez-moi, ici, de faire un aparté sur le THD (la fibre optique) dont le Département est en charge du déploiement sur les 6 années à venir. 
Rappelons que l’ordre de priorité dans la desserte en THD des communes est laissé à l’initiative des communautés de communes. Et rappelons que, sur les 92 mds € financés par la sphère publique, l’État financera 54 mds €, soit 59% du projet, l’Europe 7,5mds € et les collectivités, dont fait partie le Département, financeront 30 mds €. Il est bon de rappeler, parfois, le rôle prééminent de l’État et du Gouvernement dans ce projet.

L’accès à la télémédecine sera généralisé, aussi dans les EHPAD afin de limiter les déplacements et d’améliorer la qualité du suivi médical, en particulier dans les zones à faible présence médicale. C’est une des mesures d’urgence pour les EHPAD fléchées par Agnés Buzyn, le 30/05 dernier lors de la présentation de la feuille de route de la dépendance. La dépendance est un des grands chantiers des mois à venir.

Ce chantier sera décliné en 2 phases :
• Prendre des mesures pour améliorer, dans l’immédiat, la qualité de vie des personnes âgées et 
• Ouvrir un débat public pour anticiper le défi du vieillissement sur le long terme. Débat auquel j’aurais le plaisir de participer avec vous.

Une des mesures phares du plan dépendance, que j’évoquais à l’instant, est la prévention : prévenir la perte d’autonomie c’est aussi faire en sorte que les personnes âgées puissent rester à domicile, ce qui est majoritairement leur souhait.  
Ceci me permet de faire un lien naturel avec l’habitat, deuxième thème de votre salon.

J’ai la charge d’être co-rapporteure du projet de loi ELAN (projet de loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) qui est en discussion au parlement. Hier, à cette même heure, j’étais en Commission Mixte Paritaire afin de trouver des points d’accord avec les sénateurs. Vous l’avez sans doute appris, j’ai le plaisir de vous confirmer qu’un accord a été trouvé sur un texte de consensus permettant, notamment, une réforme profonde du modèle du logement social, la création d’un nouveau bail mobilité, le renforcement des sanctions contre les plateformes de location touristique et les marchands de sommeil, et, sujet d’actualité pour nous ce soir : le développement de la cohabitation intergénérationnelle solidaire.

Il s’agit ici de favoriser la mixité sociale et la solidarité, d’encourager la colocation intergénérationnelle entre un jeune et un senior, solution qui, vous en conviendrez, a des vertus pour chacun. La colocation est également ouverte, par cette loi, dans le parc social. Ce texte permet de développer avec nos ainés et avec les plus fragiles, de formidables moyens, de lutter contre l’isolement.

Dans ce contexte je ne peux que citer les expériences locales qui sortent renforcées par ce projet de loi : l’association « Vivre avec » qui permet à 300 étudiants et personnes âgées par an de cohabiter. Le jeune n’a pas vocation à se substituer aux intervenants professionnels à domicile. Sa présence a pour but de rassurer le senior et sa famille. Je les cite : « la présence du jeune est un remède à la solitude du soir ». Je voudrais évoquer aussi, mais il y a tant d’autres types d’expériences, « l’habitat des possibles » qui a des réalisations en Gironde. Malheureusement, à Brannens le projet est en stand-by. Mesdames et messieurs les élus, Il faut accompagner ces projets qui permettent un habitat partagé au cœur même des villages.


Je ne saurais terminer sans évoquer, très, trop, brièvement la stratégie de transformation du système de santé présentée par le président de la République ce 18 septembre. Il s’agit de faire évoluer nos besoins et approches en matière de soins parce que notre système, vieux de 60 ans, n’a pas intégré ce que nous avons évoqué tout à l’heure : le vieillissement de la population, la forte augmentation des maladies chroniques, mais aussi les progrès technologiques, les nouvelles thérapeutiques ou l’irruption du numérique.

Les 3 orientations poursuivies sont : 

(première orientation) Regagner du temps médical
• La suppression du numerus clausus laissera plus de place à la pratique, et permettra de diversifier les profils des étudiants
• La création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour seconder les médecins permettra de gagner entre 25 et 30% de temps médical.

(deuxième orientation) Créer un collectif des professionnels de santé
• Ces communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), permettront aux professionnels d’un territoire de s’organiser pour répondre ensemble aux besoins de la population. Elles assumeront notamment des « urgences de ville », pour décharger les urgences hospitalières qui doivent se concentrer sur les situations vitales. 
• La création de 400 postes de médecins généralistes salariés dans des déserts médicaux permettra aux patients d’accéder à une consultation généraliste en ville. 
• Dés 2020 les premiers « hôpitaux de proximité » seront labellisés.

(troisième et dernière orientation) Garantir des soins de qualité 
• Il s’agit de limiter progressivement la part de financement à l’activité et à l’acte (T2A).
• Des financements au forfait seront créés pour certaines maladies chroniques
• Il sera procédé à une évaluation des soins à partir de l’expérience des patients.

Pour conclure, la transformation profonde de notre modèle de santé est nécessaire afin préserver l’un des modèles les plus performants au monde : 
• Un modèle où le reste à charge est le plus faible (il est de 8%) 
• Un modèle où l’espérance de vie est la deuxième plus élevée
• Mais un modèle où, malgré le dévouement des professionnels, des tensions apparaissent : sentiment de perte de sens pour les soignants, difficulté à trouver rapidement un médecin pour les patients, engorgement des urgences. 

Nous préparons une restructuration du système de santé pour les 50 années à venir avec une vision centrée sur le patient, sur la prévention et la qualité. 
À la politique des petits pas autrefois pratiqué il s’agit aujourd’hui d’une transformation en profondeur. 

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *