Inauguration de la mairie de CAMBES

Inauguration de la mairie de CAMBES

Inauguration de la mairie de Cambes sur l’invitation de Monsieur le Maire Bernard Cuartero.

 

L’occasion de prononcer quelques mots..

 

Participer à l’inauguration d’une Mairie (l’extension d’une Mairie) c’est ausculter le sentiment républicain des deux derniers siècles, c’est célébrer les agents qui y travaillent, les élus qui y siègent. Présente dans les 35 416 communes françaises, la mairie est le lieu le plus emblématique de la République.

Rappelons que la mairie ordinaire, majoritaire, rurale n’a qu’une centaine d’année d’existence.

Tout au long d’un XIXe siècle, c’est une Mairie-école : les filles à gauche, les garçons à droite, la mairie au milieu. Sur son fronton les mots : Liberté, Égalité, Fraternité, surmontés par un buste de Marianne et par l’horloge municipale. Au-dessus des classes, les logements des maîtres.

Ce n’est qu’en 1884, la loi municipale oblige, que les communes se dote d’un bâtiment spécifique. « C’est l’âge d’or des libertés locales, la République des Maires » selon les historiens.

Au cours du XXe siècle, la mairie se transforme pour s’ouvrir à l’usager, le symbole républicain s’efface au profit de la logique administrative du bâtiment et la spécialisation de ses fonctions.

De nos jours, malgré l’avénement des intercommunalités, la mairie conserve son importance symbolique », elle reste un lieu d’appropriation politique et d’identité locale.

Evoquer les mairies, c’est aussi parler de ceux qui siègent, ceux qui y travaillent.

Permettez-moi, un instant, de remercier les agents municipaux dévoués, les membres du  conseil municipal le plus souvent bénévoles et vous, Monsieur le Maire pour votre engagement et votre mobilisation au service de tous .

Comme eux : parlementaires, élus locaux, fonctionnaires de l’État et de la fonction publique hospitalière et territoriale, et je cite le Président de la République : « nous avons la république en partage »

Travailleuse sociale, fonctionnaire territoriale au service de l’insertion de ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi et conseillère municipale, je connais cette solidarité, cet engagement au service de l’intérêt général.

Concernant l’Etat, le président de la République s’est engagé pour LES 5 ANS À VENIR dans 3 combats :

Je ne rentrerais pas ici, dans les détails que j’évoque, par ailleurs, dans nos rencontres des Maires qui ont eu lieu et qui auront lieu encore

  • Le premier combat est la préservation des moyens financiers : pour la première fois depuis sept ans, la stabilité des concours financiers aux collectivités territoriales. Dans un contexte de baisse continue des concours de l’État, c’est historique. Dotations maintenues, compensation de la suppression de la taxe d’habitation à l’euro près, ont été annoncés lors du PLF 2018.
  • Le deuxième combat est celui de l’autonomie. 
    • Autonomie financière et fiscale d’abord. Le Président a annoncé une refonte en profondeur de la fiscalité locale et en particulier communale pour un impôt cohérent avec vos missions. Cette réforme est à l’horizon 2020.
    • Autonomie tout court, ensuite : c’est aux territoires et à eux seuls de décider quels sont les bons regroupements. L’Etat jouera un rôle de facilitateur dans le cadre des coopérations volontaires, dans les créations de nouvelles communes ou dans les regroupements intercommunaux.
  • Le 3ème combat est celui de l’accompagnement dans les transitions.

C’est d’abord la création d’une AGENCE NATIONALE DES TERRITOIRES qui permettra, dans un lieu unique, avec un seul interlocuteur : le Préfet, d’être un outil de mobilisation des ressources, au service de vos projets. Son objectif est « de pouvoir y discuter en amont de toute décision affectant les collectivités locales ».

C’est ensuite un soutien de l’Etat sur les politiques publiques avec la résorption de la fracture numérique, l’accompagnement de la politique de l’eau, le logement. A ce sujet, rapporteuse du budget logement au PL2018, je m’engage plus en avant au sein des conférences de consensus qui auront lieu à partir de…

Au terme de ce discours, je rappelle, le voeu des français d’une transformation profonde de ce pays. A ce jour, les engagements pris ont été tenus : depuis 6 mois, pas moins de 30 lois ont été votées. Je participe de cette transformation et compte bien avec vous m’y inscrire durablement

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus, je suis persuadée que l’ambition que nous portons pour ce territoire fondera la confiance et la bienveillance que nos concitoyens attendent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *