Huit mesures pour le pouvoir d’achat

Huit mesures pour le pouvoir d’achat

Le Gouvernement a décidé de prendre huit mesures phare pour le pouvoir d’achat des Français. Retrouvez le détail des mesures et leur calendrier d’application au cours du quinquennat.

Le détail des mesures

 

Huit mesures pour votre pouvoir d’achat

  1. Suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers
  2. Suppression ou baisse de cotisations sociales sur les revenus du travail
  3. Augmentation de la prime d’activité
  4. Revalorisation du complément mode de garde
  5. Augmentation du minimum vieillesse
  6. Crédit d’impôts sur les services à la personne pour tous les Français
  7. Revalorisation de l’allocation adultes handicapés
  8. Aides à la transition écologique

 

1 – Suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers

La taxe d’habitation est un impôt injuste. Les valeurs locatives qui servent de base pour calculer son montant n’ont pas été révisées depuis les années 1970. Elles sont en décalage avec la réalité des moyens des habitants qui paient parfois plus dans les communes populaires que dans les quartiers plus favorisés. Elle sera supprimée en trois ans pour 80 % des foyers : ce seront ainsi 23 millions de Français qui ne la paieront plus dès 2020.

Qui est concerné ?

  • Un célibataire qui gagne jusqu’à 2 500 €/mois (revenu imposable)
  • Un couple qui gagne jusqu’à 3 980 €/mois (revenu imposable)
  • Un couple avec 1 enfant jusqu’à 4 535 €/mois, 2 enfants 5 090 €/mois, 3 enfants 6 200 €/mois, 4 enfants 7 315 €/mois
  • Une famille monoparentale avec 1 enfant jusqu’à 3 980 €/mois, 2 enfants 4 535 €/mois, 3 enfants 5 650 €/mois, 4 enfants 6 760 €/mois

2 – Suppression ou baisse des cotisations sociales sur les revenus du travail

Le travail doit mieux payer pour tous les actifs. C’est pourquoi les cotisations chômage et maladie payées par les salariés du secteur privé seront supprimées dès 2018. C’est pourquoi les cotisations famille et maladie des travailleurs indépendants seront baissées dès 2018. Les 1,7 points de CSG supplémentaires seront ainsi largement compensés par des gains de pouvoir d’achat dès le 1er janvier 2018 ! Par ailleurs, la création ou la reprise d’une activité seront encouragées par la généralisation en 2019 d’un dispositif d’exonération des cotisations de sécurité sociale (l’ACCRE) pour la première année d’activité.

Qui est concerné ?

  • TOUS les salariés du secteur privé verront leurs cotisations chômage et maladie entièrement supprimées en 2018, en deux temps : une première baisse dès le 1er janvier puis la suppression totale en octobre 2018.
  • TOUS les indépendants verront la CSG pleinement compensée par la baisse de leur cotisation famille et 75 % d’entre eux connaîtront une hausse de pouvoir d’achat grâce à la baisse des cotisations maladie.
  • 350 000 nouveaux créateurs d’entreprise, dont le revenu net annuel est inférieur à 40 000 €, bénéficieront à partir de 2019 d’une exonération. Ceux dont le revenu net est inférieur à 30 000 € auront une exonération totale.

3 – Augmentation de la prime d’activité

Le travail doit mieux payer, en particulier pour les travailleurs modestes. Pour encourager la reprise d’une activité, le Gouvernement augmentera le montant de la prime d’activité de 20 €/mois en octobre 2018 puis de nouveau chaque année pour atteindre jusqu’à 80 € de plus par mois.

Qui est concerné ?

  • TOUS les bénéficiaires de la prime d’activité, soit environ 2,5 millions de foyers en France.

4 – Revalorisation du complément mode de garde

Le complément mode de garde est essentiel, en particulier pour les parents isolés, pour pouvoir concilier la vie familiale avec une activité professionnelle. Le Gouvernement a décidé une revalorisation significative de son montant pour les familles monoparentales. Il sera augmenté de 30 % dès octobre 2018.

Qui est concerné ?

  • TOUTES les familles monoparentales bénéficiaires du complément mode de garde (soit 83 000 familles) ou qui y feront appel au moment d’une reprise d’activité.

5 – Augmentation du minimum vieillesse

Le quinquennat sera celui de la redistribution à destination de ceux qui en ont le plus besoin. Le minimum vieillesse augmentera progressivement pour atteindre +100 €/mois dès 2020 pour un retraité (155 €/mois environ pour un couple). Ce gain de pouvoir d’achat commencera en avril 2018 avec 30 € de plus par mois puis +35 €/mois en janvier 2019 et à nouveau +35 €/mois en janvier 2020.

Qui est concerné ?

  • TOUTES les personnes âgées bénéficiant du minimum vieillesse soit 550 000 Français

6 – Crédit d’impôts sur les services à la personne pour tous les Français

Dès 2018, tous les Français pourront bénéficier du crédit d’impôts sur les services à la personne. C’est une mesure d’égalité avec les actifs qui en bénéficiaient déjà et une mesure très utile pour ses nouveaux bénéficiaires, en particulier les retraités modestes. La moitié de leurs frais (charges sociales comprises) seront déduits de leur impôt sur le revenu.

Qui est concerné ?

  • TOUS les Français, y compris les contribuables non imposables.

7 – Revalorisation de l’allocation adultes handicapés

Le Gouvernement a annoncé un plan handicap ambitieux, qui comprend un volet pouvoir d’achat très important. Ainsi, fin 2018, le montant de l’AAH augmentera de 50 € pour la porter à 860 €/ mois, puis de 40 € pour qu’elle atteigne 900 €/mois fin 2019 ! Ces gains de pouvoir d’achat s’accompagneront d’une série de mesures pour l’emploi des personnes en situation de handicap.

Qui est concerné ?

  • TOUS les bénéficiaires de l’Allocation Adultes Handicapés, soit plus d’un million de Français.

8 – Aides à la transition écologique

La forte ambition de transition écologique du Gouvernement s’accompagne d’un objectif de transition solidaire. Le Gouvernement a prévu une série d’aides pour encourager tous les Français, y compris les plus modestes, à changer de pratiques au quotidien. Ces aides, qui renforcent les dispositifs existants tels que le programme « Habiter mieux » de l’ANAH et le Bonus Écologique, visent à permettre des économies d’énergie et l’usage d’énergies plus propres, que ce soit au domicile (pour l’isoler ou le chauffer) ou pour les déplacements via un renouvellement du parc automobile.

Qui est concerné ?

  • Chèque énergie

Il est généralisé pour aider près de 4 millions de ménages modestes (- de 7 700 €/an de revenu pour un célibataire et – de 16 100 €/an pour les familles) à payer leurs factures d’énergie et financer des travaux de rénovation : 150 €/an dès 2018 et 200 €/an en moyenne en 2019.

  • Certificats d’économie d’énergie

Une aide pouvant atteindre 3 000 € aux ménages modestes qui remplacent une vieille chaudière fioul par une chaudière utilisant des énergies renouvelables.

  • Prime à la transition écologique

À partir de 2019, le Crédit d’Impôt de Transition Écologique (CITE) sera transformé en une prime qui sera versée à tous les ménages dès la fin des travaux dans leur domicile.

  • Prime à la conversion

Il s’agit d’une prime à la conversion automobile de 1 000 € pour tous les propriétaires de véhicules essence immatriculés avant 1997 ou diesel avant 2001. Elle sera doublée pour les ménages non imposables (soit 2 000 €) et étendue aux véhicules diesel immatriculés entre 2001 et 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *