Tous autour du préfet pour évoquer la distillerie

A LA UNE SAINT-GENÈS-DE-LOMBAUD

Publié le .
Tous autour du préfet pour évoquer la distillerie
La commission de suivi de site permettra de revenir sur les études réalisées.

PHOTO ARCHIVES AUDE BOILLEY
PREMIUM

La très attendue commission de suivi de site se réunira, pour la première fois, lundi à la préfecture. Son objectif, « répondre à un certain nombre de questions ».

AUDE BOILLEY

a.boilley@sudouest.fr

C’était une demande qui avait largement émergé de l’enquête publique : qu’une commission de suivi de site de la Distillerie Douence soit constituée. Le préfet n’était pas obligé de la mettre en place, mais il a souhaité répondre favorablement à cette requête en l’officialisant en novembre. Cependant, le départ de Pierre Dartout pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a repoussé la tenue de la première rencontre, fixée au 8 décembre. Finalement, c’est lundi, à la préfecture, qu’elle se tiendra. Conformément aux promesses de Pierre Dartout, qui s’était engagé à la présider, c’est son successeur qui mènera les débats. L’occasion pour lui de plonger directement dans le dossier, un mois après son arrivée.

Dans son arrêté, Pierre Dartout rappelle que la commission est « chargée de restaurer les conditions d’un dialogue constructif entre l’industriel et son voisinage ». « Il faut un lieu de dialogue avec l’industriel. En règle générale, ces commissions permettent un dialogue ouvert, franc et réel. Ça évite les fausses rumeurs et permet de répondre à un certain nombre de questions », détaille Thierry Suquet, le secrétaire général de la préfecture.

« N’éluder aucun problème »

« L’objectif de la commission de suivi de site est de n’éluder aucun problème et de voir si, dans le ressenti des gens, il y a des améliorations ou pas. C’est aussi de permettre à l’industriel de présenter les travaux qu’il a faits et la façon dont il améliore la situation. »

Cette commission, qui se tiendra une fois par an, a pour but d’échanger sur les études qui ont été demandées. Ce sera le cas lundi, où seront présentées celles réalisées depuis l’enquête publique de 2016. Il sera notamment question de l’étude de l’air menée par l’Atmo en novembre. Résultats qui devraient être confrontés à l’étude menée par l’industriel.

Autour de la table, des fonctionnaires de l’administration, de nombreux riverains (habitants, membres d’associations de défense de l’environnement et un parent d’élève), des représentants de la direction et des salariés ainsi que des élus. La demande de Pierre Dartout à Michel Douence, le maire de Saint-Genès-de-Lombaud et frère de l’actuel gérant, de siéger dans la commission a fait bondir les riverains et sourire jaune certains élus.

L’adjoint siégera

Au sein même du Conseil municipal de la commune, des dents ont grincé. Après un débat et un vote tenus sans Jean-Michel Douence, c’est l’adjoint Joël Rauzet qui a été désigné. « Je ne suis pas tombé dans le piège du préfet d’accepter », réagit le maire, qui avait été condamné en 2006 pour prise illégale d’intérêt. « Ce n’était pas un piège. À qui d’autre que le maire voulez-vous que l’on s’adresse ? Mais nous espérions qu’il ait le bon réflexe », répond Didier Gatinel, directeur de l’unité de la Gironde de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

Dans ce même collège se trouvent également la députée Christelle Dubos, les conseillers départementaux du canton et les maires des communes environnantes, de Créon au Tourne en passant par Langoiran et Haux. Le maire de Madirac, commune limitrophe, n’y figure pas. « Je ne suis sûrement pas assez écolo », glissait-il lors de la divulgation de la liste, il y a quelques semaines. « Nous avons constitué cette commission avec les gens que l’on a le plus vus, qui se sont le plus manifestés ou avec lesquels nous avons le plus de contacts », éclaire Didier Gatinel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *