Agriculture – Viticulture

Agriculture – Viticulture

Des agriculteurs fiers qui vivent de leur travail et des Français fiers de leur agriculture.

L’agriculture française nous nourrit ; elle transforme nos paysages ; elle est aussi un formidable atout économique pour le pays. Surtout, elle est au cœur de notre identité : les agriculteurs ont toujours tenu une place particulière dans notre société.

Améliorer les conditions de vie des agriculteurs français est une urgence.

Les agriculteurs ne demandent rien d’autre que de pouvoir vivre de leur travail par un juste prix payé. Pour y parvenir, il faut changer de méthode : rémunérer le travail des agriculteurs et les libérer de la dépendance aux aides publiques.

Objectif 1 : Des prix justes pour que les agriculteurs puissent vivre de leur travail.

  • Action au niveau des négociations avec les industriels de l’agro-alimentaire et action afin de faire évoluer le droit européen de la concurrence.
  • Encouragement au développement de véritables organisations de producteurs, pour peser plus dans les négociations commerciales avec les centrales d’achat de la grande distribution.
  • Organisation d’états généraux de l’alimentation avec les représentants des agriculteurs, des industries de transformation, de la distribution et des consommateurs, afin de définir un partage équilibré de la valeur.

Objectif 2 : Une Europe qui protège.

  • contre la volatilité des prix par la mise en place d’outils de régulation adaptés à chaque filière.
  • avec des outils de gestion des risques efficaces et adaptés.

Objectif 3 : Se donner les moyens de faire face aux situations d’urgence.

  • Le droit au chômage aux agriculteurs pour leur permettre de surmonter les périodes de baisse d’activité.

Objectif 4 : Construction d’une agriculture du futur, innovante et diversifiée.

  • Par une adaptation de la formation agricole et la facilitation de l’accès à la formation professionnelle.
  • Par un encouragement des projets de méthanisation en maintenant des aides, en engageant une simplification administrative et en accélérant le raccordement au réseau électrique des unités.
  • Par le soutien à l’innovation et la recherche à travers plusieurs actions : fins des zones blanche, développement du numérique, portail des données agricoles.
  • Par l’encouragement à la diversification des sources de revenus en soutenant par exemple l’agro-tourisme
  • Par la rémunération des agriculteurs pour les services environnementaux (entretien des paysages, pâturage des alpages qui réduisent les avalanches, etc.)
  • Par la mise en place d’un calendrier prévoyant l’élimination progressive des pesticides en commençant par ceux qui présentent un risque pour la biodiversité ou la santé, et le développement d’alternatives.

 Objectif 5 : Faciliter l’accès au foncier agricole.

  • Par un renforcement de la transparence des transactions agricoles en soumettant toutes les sociétés foncières au contrôle des SAFER.
  • Par le recours à des outils de portage : le crédit-bail immobilier, la location-vente progressive, prêt viager hypothécaire etc, pour assurer le financement du foncier et du capital d’exploitation.
  • Soutien de l’installation des jeunes agriculteurs : en plus de la dotation jeunes agriculteurs (DJA), nous permettrons un prêt d’honneur à la personne sans demande de garantie d’un montant de 50 000 euros maximum avec un différé de 2 ans.

Objectif 6 : Libérer le travail, l’investissement et l’énergie des territoires.

  • Allégement des charges : pour les exploitations, c’est une économie de plus de 1800 euros par an et par salarié, lorsque celui-ci est payé au SMIC par exemple, qu’elles pourront investir en nouveaux projets et équipements.
  • Lancement d’un plan de transformation agricole de 5 milliards d’euros sur 5 ans. Les financements seront réservés à :
    • Des projets de modernisation des exploitations ayant un impact positif sur l’environnement et le bien-être animal.
    • Des projets de transformation privilégiant les circuits courts.
    • Encouragement des projets alimentaires territoriaux (PAT) pour rapprocher les producteurs, les transformateurs, les distributeurs, les collectivités territoriales et atteindre 50% de produits biologiques, écologiques ou locaux dans l’ensemble de la restauration collective en 2022.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *